Boutique Biologiquement.comTémoignage de couples mixtes

  Posté par couple mixte       1 commentaire

Rodney, 30 ans, et Hélène, 27 ans

Rodney, Français d’origine gabonaise : « Je suis né en France de parents gabonais. J’ai vécu au Gabon de 6 à 13 ans. Je suis fortement attaché aux deux cultures. Il y a beaucoup à apprendre des cultures africaines, beaucoup moins individualistes que les sociétés occidentales. Dans la vie commune, tous les couples ont des différences culturelles. La richesse du couple mixte, c’est peut-être qu’il est plus évident d’en parler, ce qui crée une plus grande compréhension réciproque. Si on a des enfants, je souhaite qu’ils reçoivent les deux cultures. On peut leur offrir le meilleur des deux, pourquoi s’en priverait-on ? »

Hélène, Française : « Depuis que nous sommes ensemble, je découvre le racisme de la société française. Il est souvent lié à l’ignorance. Comme lorsque nous nous sommes mariés au Gabon et qu’en voyant les photos bousculer_les_prejuges_mode_unecertaines personnes se sont étonnées que je ne me sois pas mariée dans une case. Mes parents sont très tolérants, heureusement, car deux de mes trois frères vivent avec des femmes d’origine étrangère. »

Loïc, 36 ans, et Yating, 28 ans

Loïc, Français : « Nous nous sommes rencontrés devant une boîte de nuit en 2002. Nous avons vécu ensemble très vite et nous sommes mariés à Paris. Les problèmes administratifs ont commencé en 2007. Yating était retournée en Chine pour voir sa famille et elle n’a pu obtenir de visa pour revenir. Nous sommes restés séparés plus d’un an. Cela a été très éprouvant. Enfin, après de multiples recours, elle a pu venir me retrouver en septembre et nous attendons désormais un permis de séjour d’un an. Cette épreuve nous a vraiment soudés. Ma famille bretonne a accepté Yating sans aucun problème. Elle l’a accueillie comme une personne et non comme la ressortissante d’un pays étranger. D’ailleurs, autour de nous, la curiosité est toujours bienveillante. »

Yating, Chinoise : « Lorsque l’on s’est mariés, nous sommes partis dans ma famille pendant trois mois. Ma mère était très contente de rencontrer Loïc. Les enfants, on n’y pense pas vraiment car on vient de se retrouver, mais quand ça arrivera, je veux qu’ils reçoivent la double culture, ils apprendront le chinois comme le français. »

Sébastien, 37 ans, Martine, 37 ans, Tanguy, 9 ans, et Marie-Lou, 5 ans

Sébastien, Français : « J’ai rencontré Martine quand j’étais en coopération à Yaoundé, en 1995. Nous nous sommes mariés au Cameroun en 1998 car la France exigeait un visa de futur conjoint impossible à obtenir. Ma famille avait peur de la pauvreté. La question de la différence de couleur, de culture n’est finalement pas le noeud du problème. Au départ, c’est l’argent le principal obstacle. Après dix ans de mariage, j’ai l’impression que nous avons dépassé les clivages culturels : au début tu analyses tous les problèmes au regard de ces différences et puis tu finis par te rendre compte que tu cherches des explications là où il n’y en a pas. »

Martine, Française d’origine camerounaise : « Je viens d’un milieu très pauvre. Au départ, ça n’a pas été facile d’être assimilée à celle qui va profiter des autres. Mes beaux-parents avaient peur que je ne fasse venir toute ma famille en France ! Peu à peu, les choses se sont apaisées. Nous revenons d’un voyage à Yaoundé avec les enfants, et je me dis qu’il faut y aller plus souvent, pour qu’ils voient leurs cousins, leurs grands-parents, et comprennent leur façon de vivre, si éloignée de la nôtre. »

Une pensée sur “Témoignage de couples mixtes”

  1. Photographe oui mais !Votre article m’interpelle parce que je suis jusetment en train de finaliser le choix du photographe pour mon mariage en 2011. Il m’inte9resse d’autant plus que je suis passe9 par le web avant les pages jaunes, et que j’ai vu de tout les prix pour toutes les prestations Et c’est finalement vers un traditionnel (comprendre avec un fond de commerce et 30 ans de me9tier ) que le choix se porte.Je crois que vous vous trompez autant que les gens qui vous contactent en ce sens ou s’ils ne savent plus ce qu’une vrai Photo veut dire, l’utilisation qui est sera faite semble vous e9chapper.Pour moi c’est le coeur du proble8me: Je comprend parfaitement que mon photographe ne souhaite pas me vendre les photos en haute qualite9. Il m’a pre9sente9 son travail, de toute fae7on je n’ai pas les support pour appre9cier pleinement sur mon pc une image qui fait 4 ou 5 fois la taille de mon e9cran. Ce qui me manque dans sa traditionnelle prestation shoot marie9s + portrait de groupe + reportage (plus ou moins long), c’est un bon produit final. pas celui qui allait bien e0 mes parents (l’agrandissement pour le salon et le book qu’on ressort 5 fois dans sa vie). Non, celui qui me correspond, e0 moi qui vit avec une multitude d’objets multime9dia, c’est d’avoir toujours la jolie photo dans le salon, mais surtout un joli fond d’e9cran, quelques images pour l’e9cran de veille, un cadrage de teate pour mon facebook, un autre fond d’e9cran pour mon mobile, 3-4 images pour servir de photo d’accueil ou de fond de site pour ma page perso bref de pouvoir les utiliser. Payer quelques centaines d’euros pour des photos certes magnifiques, mais coince9es dans un album en papier qui prend la poussie8re et que je ressortirai tout les 10 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *