Boutique Biologiquement.comFAMILLE – Religion et couple mixte, mariage heureux ?

  Posté par couple mixte       Laisser un commentaire

Entretien avec Isabelle Levy, spécialiste des pratiques religieuses

Pour son livre Vivre en couple mixte*, Isabelle Levy, spécialiste des pratiques religieuses, écrivain, conférencière et formatrice, a rencontré une cinquantaine de couples mixtes appartenant au 7 grandes religions levyisabelle150(catholique, musulmane, orthodoxe, protestante, juive, bouddhiste et hindouiste). Après un exposé très complet sur la position de chaque religion sur la question, l’auteur en arrive à la conclusion que mixité du couple et préceptes religieux ne font pas toujours bon ménage. Entretien.

PBM – Les grandes religions accordent-elles toutes la même importance au mariage ?
Isabelle Levy – Absolument. Mieux, le mariage est, pour les sept grandes religions, obligatoire pour vivre à deux. A contrario, la simple vie maritale est donc interdite ! Et quand je parle mariage, je ne parle pas de la cérémonie civile à la Mairie qui n’a absolument aucune valeur pour elles. Seul le passage dans un lieu de culte, que ce soit le Temple, l’Eglise, la Synagogue ou la Mosquée compte.

Pourquoi le sujet des couples mixtes est-il encore tabou en France ?
Il ne l’est pas dans la presse qui en parle assez facilement. Il l’est en revanche dans les familles. Je vois deux grandes raisons qui sont liées pour expliquer ce tabou. D’une part, il faut bien comprendre qu’il y a souvent une ignorance des autres religions. Ce sont de grandes inconnues qui font peur. Du coup, la famille ne sait pas trop comment se comporter en présence de l’ « autre », ce qui est interdit, ce qui est autorisé. D’autre part, et cela découle directement de ma première explication, les parents ont peur que leur enfant perde tout ou partie de l’éducation reçue, qu’il trahisse une culture familiale ancestrale. De nombreuses questions restent en suspens et sont longtemps sans réponses pour les parents. Il en est ainsi par exemple de l’éducation des enfants qui constitue souvent un point de friction important.

Peut-on dire que les religions sont des freins à la mixité culturelle des couples ?
Il suffit de lire les grands textes religieux pour comprendre que les religions ne sont pas pour la mixité ! Certes, avec une dispense de culte, l’Eglise catholique autorise le mariage entre un catholique et un musulman quel que soit le sexe. L’Islam différencie : il autorise pour l’homme le mariage avec une chrétienne ou une juive mais s’ oppose formellement à ce que la femme musulmane se marie en dehors de sa confession. Elle a pour obligation d’épouser un musulman afin que sa descendance soit reconnue par sa communauté d’origine. Chez les Juifs, la règle est encore plus claire : les deux futurs mariés doivent être de confession hébraïque. Si les conjoints ne partagent pas la même religion, la loi juive ne peut les engager l’un envers l’autre. Aucune co-célébration, voire même bénédiction, n’est possible pour cette union.

N’y a-t-il pas eu des assouplissements ?
Il y a effectivement quelques assouplissements, principalement chez les Chrétiens. Néanmoins, cela reste limité. Le judaïsme orthodoxe reste très strict et n’encourage toujours pas la conversion pour motif marital. On note néanmoins une position plus ouverte du Mouvement juif libéral de France (MJLF) sur ce point. Aujourd’hui, de nombreux couples mixtes qui se marient veulent une forme de « religion à la carte » : ils veulent les avantages de l’institution sans en prendre en compte les inconvénients et, notamment, les interdits. Pour eux, c’est avant tout un moment festif et un moyen de faire plaisir à la famille. J’ai pu noter que la plupart de ces couples ne sont généralement pas très croyants. Mais il faut bien comprendre que les religions sont des institutions millénaires. Et, justement, si elles se sont maintenues, voire développées, au fil des siècles, c’est en grande partie grâce à des principes qui peuvent être qualifiés par certains de rigides. Ce n’est pas encore demain qu’une religion fera l’apologie de la mixité !

Concrètement, quels sont les principaux motifs spécifiques de dispute dans les couples mixtes ?
Ce sont souvent des problèmes du quotidien. Cela peut commencer par le contenu du réfrigérateur. S’il n’y a pas d’interdits chez les catholiques, il y en a pour les autres religions. Tel est le cas de l’alcool et du porc chez les musulmans. Pour être dans l’actualité, les fêtes de noël, mais c’est le cas de toutes les fêtes religieuses, peuvent également être une source de malentendus et de disputes. En fait, l’incompréhension arrive lorsque cette différence est imposée à l’autre et prend alors la forme d’une véritable contrainte religieuse. Il faut simplement l’accepter comme un mode de vie différent.

Tout passe donc par un travail de communication démultiplié dans les couples mixtes ?
Prenez l’exemple du mariage d’un couple d’amis. Si ce dernier se fait à l’église, alors il sera impossible pour un juif ou un musulman d’y pénétrer. Une telle attitude, si elle est mal comprise, peut être prise pour une insulte. Le conjoint, de confession catholique, devra pénétrer seul dans le lieu de culte. Autant dire qu’il faut une sacrée négociation en amont pour accepter une telle situation.

Et la question de l’enfant, son prénom, son éducation ?
L’enfant d’un couple mixte est à l’origine d’une multitude de questions pour les parents et la famille dans son ensemble. Outre le choix du prénom, un vrai dilemme à lui tout seul, se pose celui des rites de naissance et, bien sûr, de la religion. En pratique, c’est généralement la religion de celui ou de celle qui est le plus pratiquant qui l’emporte. Le vrai danger pour l’enfant est le mélange des deux croyances au jour le jour car il ne peut plus s’identifier dans un corpus de règles précis. Rien de pire pour lui que de ne pas savoir quoi répondre lorsque, dans la cour de récréation, on lui demande de quelle religion il est. Or il n’est malheureusement pas rare que ses parents soient eux-mêmes dans un flou spirituel et ne sachent plus vraiment quelle est leur religion.

Propos recueillis par Franck Pinay-Rabaroust

* Vivre en coupe mixte – Presses de la Renaissance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *