Boutique Biologiquement.comIls n’ont pas le même Dieu.

  Posté par couple mixte       Laisser un commentaire

Lorsqu’ils se sont rencontrés, il y a dix ans, Nadine et Pierre ont dû se cacher. Lui catholique, elle née d’une mère orthodoxe et d’un père musulman. La jeune femme a pris des précautions pour ne pas heurter les convictions de son père : ” Une musulmane ne peut pas vivre avec un homme avant son mariage. Elle doit être vierge la nuit de ses noces. Je n’ai pas respecté la règle, mais j’ai eu du mal à le vivre. Un vrai cas de conscience. ” à l’époque, sous prétexte d’imposer moins de dépenses à leurs parents, la brunette et son frère, qui partageaient alors un appartement, décident d’accueillir un nouveau “colocataire”.

La supercherie durera quatre ans, jusqu’au départ du frère de Nadine. ” amour-mariage-mixteJ’avais hâte que la situation soit clarifiée auprès de son père qui devait commencer à tiquer, confie Pierre. J’en avais plus que marre de tous ces mensonges. ”

Au final, ni larmes, ni drame pour le couple mixte. Sans doute parce que Nadine, jeune Libanaise de 29 ans, n’a fait que suivre l’exemple de ses parents. Un père musulman libanais, une mère chrétienne orthodoxe roumaine. À Beyrouth puis à Paris, la jeune femme a grandi entre deux cultures et, au fil du temps, s’est forgé une double identité, parfois malgré elle.

” Petite, je ne savais pas ce qu’étaient le christianisme, ni l’islam, explique Nadine. À la maison, on croyait en Dieu, un point c’est tout. ” Jusqu’au jour où, à l’école primaire, une camarade lui déclare brutalement que, sa mère n’étant pas musulmane, ” elle ira brûler en enfer “. Un peu émue, Nadine se souvient qu’elle est rentrée en pleurs ce jour-là, ” Mais mes parents m’ont expliqué que leurs religions se rejoignaient sur l’essentiel et que l’important était de croire en Dieu “, quel que soit son nom. Entente parentale sur les grands principes, mais absence de dialogue sur d’autres sujets. ” Je suis baptisée… officieusement, sourit la jeune mariée. Mon père ne le sait toujours pas. ” Quelques mois après la naissance, sa mère emmène Nadine en Roumanie. Et voilà le bébé recevant le sacrement à la va-vite. Un secret que les deux femmes n’ont jamais révélé. Une façon comme une autre d’éviter les conflits. Plus tard, la petite fille n’en suivra pas moins le Ramadan et lira régulièrement le Coran avec son frère et son père qui lui en a appris les rudiments.

Célébré dans la joie il y a deux ans, presque unanimement approuvé – hormis par les grands-tantes libanaises – le mariage de Pierre et de Nadine s’est déroulé au Liban, sans prêtre ni imam, par respect pour les religions de chacun. Pierre aurait aimé ” une touche spirituelle supplémentaire “, mais à l’époque on lui a dit que c’était impossible sans conversion.

Aujourd’hui, Nadine ne pratique plus trop, mais fait toujours sa prière en deux langues. Mi-Bible, mi-Coran. Une richesse que le couple compte bien transmettre à ses futurs enfants. Mais Pierre reste ferme : ” Surtout ils ne seront pas forcés de choisir, pas forcés de faire quoi que ce soit. ”

Textes Anne-Sophie Pelé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *